Encore la DGS ! Ne vous faites jamais tester! Jamais ! Jamais ! Pas de test !

Voilà le style de lettre que la DGS envoie aux médecins
DGS Organisation de l’offre de soins en prévision d’une nouvelle vague épidémique ( ils veulent nous reconfiner le 13 mars et prévoient une “nouvelle vague”, ce ne sont pas des scientifiques mais des voyants mal intentionnés avec un discours rôdé, toujours identique et complètement débile).
et actualisation des règles d’éviction pour les professionnels (Ils imposent des règles idiotes à des professionnels considérés comme idiots – logique implacable –

Madame, Monsieur,

La situation épidémique est préoccupante ( elle ne préoccupe que la DGS ! ) avec la persistance de fortes tensions des services hospitaliers dans les régions de l’est, sous l’effet de l’activité COVID. Il y a effectivement des tensions mais qui ne sont pas celles énoncées:
Je prends l’exemple de Strasbourg: suicides, mal être, sont les conséquences de la politique gouvernementale.
https://www.europe1.fr/sante/ca-explose-a-strasbourg-les-services-de-pedopsychiatrie-arrivent-a-saturation-4023736

notamment, conjuguée à une progression importante du virus et de la sollicitation de l’offre de soins dans les régions de l’ouest, dans un contexte de circulation de plusieurs variantes du SARS-CoV2, dont les effets sur le système de santé sont difficilement évaluables à ce stade. (On évalue RIEN et on affole tout le monde) Cette évolution fait craindre (toujours le conditionnel qui ne traduit que la peur. Derrière ce conditionnel il n’y a que du vent! Rien de scientifique.) un niveau de saturation homogène de l’offre de soins pour la prise en charge des patients Covid mais également non Covid sur l’ensemble du territoire. Plusieurs territoires ultra-marins connaissent aussi une progression épidémique importante, avec une quasi saturation de l’offre de soins hospitalière à Mayotte.
Toutes ces “saturations” ont été crées et voulues depuis des années en supprimant massivement des lits et du personnel

PARTIE 1 : ORGANISATION DE L’OFFRE DE SOINS

Dans ce cadre, il est donc nécessaire de mettre dès à présent en place une stratégie de réponse qui mobilise l’ensemble des acteurs concourant à la prise en charge des patients Covid, pour toutes les régions, et qui fluidifie l’ensemble du parcours de soin. Voilà le type de phrase qui ne veut rien dire si ce n’est que tout le monde doit se mobiliser sauf la DGS qui détruit et donne des ordres culpabilisants

La stratégie de réponse doit s’attacher à optimiser le parcours de soin des patients COVID et non-COVID :

  • Mobilisation des professionnels de médecine de ville pour éviter le recours systématique à l’hospitalisation conventionnelle par la prise en charge des patients infectés par la Covid19 et dont l’état est compatible avec le maintien à domicile avec une possible oxygénothérapie si nécessaire mais également grâce à la prise en charge des patients non Covid19. ( Le fait de ne proposer aucune prise en charge sérieuse et aucun traitement est une non assistance à personnes en danger) Les médecins de ville peuvent s’appuyer sur les services de télé expertise de Pneumologie et de Maladies infectieuses et tropicales pour l’indication à l’oxygénothérapie et aux traitements possibles des patients ( Les signataires de cette lettre doivent être traînés devant les tribunaux)  
  • Recours à la télésanté pour le suivi des patients et les soins à domicile y compris dans les structures médico-sociales, afin de limiter les déplacements en établissements ; NON ! Les médecins généralistes doivent reprendre les visites à domicile ! On n’examine pas un patient à travers un écran ! S’ils ne le font pas il y a là aussi, non assistance de personnes en danger !
  • Mobilisation des CPTS, DAC et autres réseaux pour appuyer l’interface ville/hôpital afin de développer les prises en charge ambulatoires.

PARTIE 2 : ACTUALISATION DES REGLES D’EVICTION DES PROFESSIONNELS ET MESURES DE MOBILISATION RH

Dans son avis complémentaire à l’avis du 14 janvier relatif aux mesures de contrôle et de prévention de la diffusion des nouveaux variants du SARS-CoV-2[1], le HSCP préconise la règle suivante : En cas de découverte chez un professionnel asymptomatique d’un prélèvement nasopharyngé positif (RT-PCR),
( C’est pour cela qu’il ne faut JAMAIS vous faire tester, JAMAIS !) prévoir une éviction de 7 jours après la RT-PCR et le respect des mesures barrières renforcées pendant les 7 jours suivants. Cette règle ne doit souffrir d’aucune dérogation et supprime cette possibilité ouverte dans son avis du 23 mai 2020[2]. Pour vous imposer une règle basée sur le conditionnel, ils utilisent l’impératif. Tout est FAUX !)

Pour les secteurs de la ville et du domicile, le HCSP recommande que soient appliquées les mesures d’éviction systématique proposées dans les ES et ESMS.

Quels types de professionnels sont potentiellement concernés par des mesures d’éviction ?

Tous les professionnels sont potentiellement concernés par une mesure d’éviction, en tant que cas confirmé de Covid-19 ( c’est quoi un cas confirmé qui n’a pas de symptômes ?) ou personne contact à risque d’un cas confirmé.
Tout ce baratin n’a aucun sens scientifique. C’est du blablabla.

Quand prévoir la levée d’isolement pour les personnels infectés ?

Les conditions cumulatives de levée de l’isolement sont précisées par l’avis relatif aux mesures de contrôle et de prévention de la transmission du SARS-CoV-2 en établissements de santé (ES) et en établissements médico-sociaux (ESMS) complémentaire à l’avis du 18 janvier 2021 [3] :

  • Au plus tôt au 8ème jour à partir du début des symptômes ou de la date du test positif pour les personnels asymptomatiques ; pour les personnels à risque de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2 et pour les personnes infectées par les variantes d’intérêt 20H/501Y.V2 (dite « sud-africaine ») et 20J/501Y.V3 (dite « brésilienne »), cette durée est portée à 10 jours ; C’est du pur délire de persécution ! PAS DE TEST SURTOUT !
  • ET à l’issue d’une période d’apyrexie d’au moins 48 heures (température rectale inférieure à 37,8°C mesurée avec un thermomètre, deux fois par jour, et en l’absence de toute prise d’antipyrétique depuis au moins 12 heures) ;
  • ET au moins 48 heures après la disparition d’une éventuelle dyspnée (fréquence respiratoire inférieure à 22/mn au repos) ; Aucun traitement n’est préconisé.

En outre, le HSCP recommande, lors de la reprise des activités professionnelles, au contact de patients et/ou de professionnels de santé, le port d’un masque chirurgical de type II, pendant les 7 jours suivant la levée du confinement et éviter les contacts non masqués avec les collègues pendant les pauses. Il est aussi rappelé l’importance du respect des mesures d’hygiène des mains. Il y a de quoi devenir fou ! Ils sont fous !

Quelle conduite à tenir pour les personnels contacts à risque?

Le HCSP recommande, en cohérence avec son avis du 23 mai 2020, que l’éviction des professionnels contacts à risque d’un porteur du SARS-CoV-2, symptomatique ou non, ne soit pas systématique, sauf :

  • Si le professionnel devient symptomatique ;
  • En cas de doute sur la possibilité du soignant à respecter les mesures barrières permettant d’éviter la contamination des patients ou des autres professionnels de l’établissement : le soignant contact doit être mis en éviction dans les mêmes conditions que les contacts en population générale ;

Le professionnel contact à risque mais maintenu en poste doit :

  • Pratiquer une auto-surveillance de ses symptômes et alerter les services de médecine du travail et de maladies infectieuses en cas d’apparition de symptôme évocateur pour la réalisation d’un prélèvement nasopharyngé à la recherche du SARS-CoV-2. ( SURTOUT PAS ! MOUCHEZ-VOUS EN SILENCE ! ) Dans l’attente du résultat, il doit être mis en éviction, sauf situation exceptionnelle ;
  • Bénéficier d’un prélèvement nasopharyngé systématique entre J5 et J7 du dernier contact (et au maximum à 7 jours de la date du premier contact si celui-ci a persisté plusieurs jours), même s’il est asymptomatique, pour les professionnels contacts de personnes non porteuses d’une variante 20H/501Y.V2 ou 20J/501Y.V3 ; C’est hallucinant ! Il faut le lire pour le croire !)
  • Conformément à la stratégie de freinage ( freins à disques ?) de la propagation des variantes, pour les professionnels contacts à risque de personnes porteuses d’une variante 20H/501Y.V2 ou 20J/501Y.V3, un test PCR doit être réalisé dès J0 (dès son identification). En cas de résultat positif, le criblage par une RT-PCR de seconde intention est réalisé ; PAS DE TEST ! PAS DE TEST ! PAS DE TEST ! VOUS DIS-JE !
  • Appliquer strictement les mesures d’hygiène et de distanciation physique, dans sa pratique mais aussi lors des pauses ou de l’utilisation des vestiaires. (Se laver les mains suffit, au savon régulièrement. C’est tout)

Quelles sont les mesures de prévention à appliquer ?

Toutes les mesures de prévention actuellement disponibles restent efficaces pour contrôler la diffusion du SARS-CoV-2, quel que soit le variant.
La seule prévention est le lavage des mains, les traitements éprouvés non mentionnés volontairement pas la DGS pour empêcher aux gens de se soigner, la pratique d’une activité sportive régulière en respirant de l’oxygène ambiant DONC en supprimant le port du masque dans la rue, c’est à dire en clair qu’il faut faire exactement l’inverse de ce qui est préconisé si vous voulez rester en bonne santé.
Sachez que les signataires de cette lettre ne vous veulent AUCUN bien. Lisez bien ce qu’ils préconisent. Ils ne préconisent que la peur et l’asservissement. Allez sur le site du réseau Sentinelle:
https://www.sentiweb.fr/5205.pdf

Il ne se passe RIEN. TOUT VA BIEN. TOUT EST STABLE et ce n’est pas grâce à ce qu’ils ont mis en place. Il n’y a plus RIEN, TOUT VA BIEN. Nous vivons avec des milliards de virus qui nous entourent et stimulent notre immunité et vous allez vous laisser mener par le bout du nez par quelques virus humains qui doivent être enfermés à double tour dans le P4 de Wu Han pour crime contre l’humanité!
Voilà belle lurette que vous devriez avoir repris la vie “d’avant”. Voilà belle lurette que les restaurants, bars, brasseries, musées, théâtres, cinémas, etc. auraient dû rouvrir. Le maintien de leur fermeture n’est décidé que pour vous empêcher de vous distraire, que pour vous nuire ! Que pour les ruiner ! Que pour vous rendre malade et dépressif ! Cela relève de la justice et je remercie les avocats tels que Maître Di Vizio et Brusa qui passent leur temps à essayer de trouver les failles qui vont mettre cette “racaille” à genoux. C’est une question de temps. Soyez patients et fermes.

LUTTER CONTRE CETTE DICTATURE, C’EST NE PAS SE FAIRE TESTER !
PAS DE TEST, PAS D’ENNUIS, PAS D’EMMERDEMENTS, PAS DE PEUR !

Le HCSP recommande que soient renforcées l’observance des mesures barrières.

Vous retrouverez la pièce jointe à ce présent message sur le site du Ministère. A toute fin utile, vous retrouverez également le présent message en ligne

Nous vous remercions sincèrement pour votre engagement. 

                 Virginie Lasserre

Directrice générale de la cohésion sociale
 


             Katia Julienne                                                 Pr. Jérôme Salomon

Directrice générale de l’offre de soins                Directeur Général de la Santé                                                                                       

3 Comments

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Xavier Dumonteil

    Bravo à vous ainsi qu’au commentaire de monsieur Barbarin pour cet article qui a l’immense mérite de remettre les pendules à l’heure en matière de politique sanitaire destructrice (et pas pour les raisons que l’on veut nous faire ingurgiter). A propos de Me Brusa et Di Vizio, on ne les remerciera jamais assez pour tous les efforts tant juridiques que psychologiques qu’ils accomplissent en notre faveur. D’ailleurs, le deuxième protagoniste a participé, hier à une émission sur TV Libertés face à Elise Blaise et l’indignation, l’empathie, la lucidité, la persévérance (ne rayez aucune mention inutile) transpiraient dans ses propos.

  2. 2
    Jean-Marie

    Comment savoir si le prélèvement est bien fait et surtout ensuite bien analysé ?

    En prime on nous laisse entendre subtilement que qui dit positif -un seul chiffre !!!! – dit mort quasi-certaine ou au moins graves séquelles.

    Alors que certains bien testés avec un vrais résultats sont peut-être en train de faire sans bruit une version douce de LA (et pas le !!!!!) covid 21 due à un des nombreux variants.

    Qu’est-ce qui distingue un “variant” d’un “nouveau” virus qui s’attaque aux poumons et pas seulement à eux ?

    Faudrait peut-être ressusciter Antoine Béchamps, le très dérangeant principal contestataire de ce triste sire de Pasteur et lui demander son avis.

    Radio-Macron ment, radio-Castex ment, on nous ment énormément

  3. 3
    barbarin hervé

    Merci et bravo docteur Alain Joseph,
    En effet, il convient de boycotter les tests, l’application covid qui vous engagent dans une spirale infernale de peur, de panique qui, comme chacun sait, à part le prof Salomon J. et ses complices, hélas nombreux, conduit à un affaiblissement rapide et durable du système immunitaire. Je voudrais juste rapporter le témoignage d’un médecin hospitalier d’un d’un CHU du Nord de la France dans une métropole universitaire, bouleversé, écoeuré depuis l’automne dernier par les victimes bien réelles celles-là et bien sures tues par les médias de jeunes d’une vingtaine d’années qui se donnent la mort ou réchappent (dans quel état psychologique?!) d’une TS. Il y a une augmentation comme jamais de ce type de drames dans notre pays, et, les faux-culs des vingt-heures télévisés osent évoquer de temps en temps “le malaise étudiant lié aux mesures de protection sanitaire?”
    En tant qu’ancien universitaire, je réclame les poursuites judiciaires qui s’imposeraient en effet pour les organisateurs de cette” chienlit” pour non assistance à personnes en dangers, refus de soins efficaces et appropriés aux patients atteints du covid. Comme il a été dit et redit sur ce blog et ailleurs, il existe des traitements respectueux de l’intégrité de la personne humaine efficaces en allopathie, phytothérapie, et homéopathie. J’entends déjà les ricanements d’ignorance crasse de nos diafoirus formatés dans nos facultés. Savez vous messieurs les ignorants diplômés que dans les facultés de médecine suisse, celle de Lausanne, en particulier où un membre de ma famille a fait ses premières années d’études avant de devenir chirurgien en Allemagne demandait à ses étudiants des deux premières années de suivre un module obligatoire enseignant les bases théoriques et cliniques de base de l’homéopathie? Et qu’il n’a jamais entendu durant ses études une destruction systématique et stupide des médecins homéopathes comme c’est maintenant tendance en France? ” Le pays des Lumières???” se targue-t-on…Comme m’avait dit avec un grand sourire un grand praticien hospitalier bruxellois :” vous y avez mis des abats-jour depuis longtemps sur vos” lumières”. Je confirme Docteur. Et pas qu’en médecine! Il s’agissait d’une réflexion sur ” le droit de mourir dans la dignité en cas de mal incurable “, droit toujours dénié chez nous comme chacun sait. Enfin, je terminerai en disant , ce qui est nouveau chez moi, mon plus grand mépris pour les principales organisations syndicales représentatives des médecins de ce pays, y compris, des médecins homéopathes; vous savez parfaitement, pour beaucoup, je ne parle pas des imbéciles, bien sûr, il y en a dans toutes les professions, ni de ceux qui sont en conflits d’intérêts à tous les étages, que nous nageons en pleine absurdité, que vous n’êtes pas respecté dans votre liberté de prescription, et vous vous croisez les bras… L’union fait la force dit-on…Alors oui, cela ne m’inspire que mépris et méfiance. J’ai confiance en certains médecins, mais j’ai perdu la confiance dans le corps médical dans son ensemble. Voilà ce que cette palinodie covidienne aura changé, et pas seulement seulement pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.