Coronavirus SRAS CoV2, Florence ADER et étude Discovery

Je suis allé sur le site de l’INSERM écouter le Pr Florence Ader. Cette femme a une tête bien sympathique et surtout elle explique avec force et conviction ce qu’est l’étude Discovery dont le protocole a été écrit en 6 jours et dont le résultat doit bouleverser le traitement de la maladie due au SRAS CoV2 qui sévit depuis 3 mois.
L’étude a commencé le 22 mars après 16 jours de palabres administratives pour obtenir l’autorisation. Elle va coûter plusieurs millions d’euros alors que nous n’avons toujours pas de tests et de médicaments. Pour ces derniers, c’est normal puisque nous ne savons pas soigner cette maladie tant que l’étude Discovery n’a pas été faite. Les tests ne sont pas la priorité.
Les molécules testées sont :

L’interféron B de chez Merck

Le Lopinavir/Ritonavir de chez Advi qui a déjà prouvé son inefficacité
https://www.mediterranee-infection.com/le-traitement-lopinavir-ritonavir-ne-fonctionne-pas/

Le Remdesivir de Gilead qui veut à tout prix le mettre en exergue et estime que le Remdesivir est la piste la plus prometteuse
https://www.industriepharma.fr/covid-19-resultats-encourageants-pour-le-remdesivir-de-gilead,109821

L’hydroxychloroquine de Sanofi qui dans cette étude n’a pas été associé à un macrolide tel que l‘azithromycine

Je n’ai pas entendu Florence Ader parler du placebo. Existe-t-il un bras placebo ? Tout est possible.

Florence Ader insiste sur le fait que toutes ces molécules ont été fournies gracieusement par les firmes pharmaceutiques qui sont des partenaires de cette étude pilotée aussi par l’OMS à laquelle participe l’ANSM etc. et elle surenchérit :
“Plus les résultats seront significatifs et méthodologiquement robustes, plus le niveau de preuves sera élevé et plus on rendra service aux gens”.
Naïveté ou Dr Jekyll et Mister Hyde?
Le pire, c’est que je la crois sincère dans ses propos et je ne peux que l’écouter, complètement atterré.
Et je crois qu’elle pense sincèrement que les résultats (dont l’interprétation lui échappe complètement) seront les bons résultats à appliquer.

L’étude se fait à une grande échelle (25 centres). En France elle doit se faire sur 800 patients tous hospitalisés et en état grave (sans commentaires)
Les résultats ne seront pas analysés par des médecins mais par des laboratoires de statistiques et seront compilés par un comité indépendant international qui va faire une analyse des résultats bruts.
Ces résultats ne seront pas connus avant la fin du mois d’avril 2020.

  • Dans ce lit, c’est votre mère qui est là ?
  • Non, non, c’est un boulon de voiture !
  • Et alors ?
  • Ils cherchent la clef adéquate pour le décoincer
  • Je crois que c’est du 12
  • Ah ! vous pouvez le prouver ? 
  • Si je vous dis que c’est du 12, c’est du 12.
  • Mais vous ne prouvez rien là, mon ami. Laissez travailler les scientifiques
  • Et que font-ils les scientifiques ?
  • Ils font des études randomisées contre…
  • Ils ont inclus le 12 dans leurs études ?
  • Je ne sais pas
  • Moi, je vous dis que c’est du 12
  • Allez, rentrez chez vous et laissez travailler les experts.

Permettez madame le professeur Florence Ader que je vous donne un conseil :
Si vous ou un membre de votre famille ou un proche est atteint par le SRAS CoV2 donnez-lui de l’azithromycine et de l’hydroxochloroquine je peux vous assurer sans étude randomisée en DA contre P que vous les sauverez et que c’est bien mieux que de pleurer.

Mais que vaut un boulon de voiture contre un essai randomisé ?

Laisser un commentaire