L’homme, le SRAS CoV 2 et le mouton

Ce berger remarquable explique clairement la stratégie mondiale brutale qui se met en place à une vitesse que je n’aurais pas soupçonnée. Cette vitesse permet de nous couper le souffle et de créer une aphonie qui se surajoute à cette perte du goût et de l’odorat.
La stratégie a parfaitement fonctionné.
Épluchez le discours de Macron, et vous allez découvrir qu’il n’ existe aucune empathie dans l’intonation de sa voix.
Formaté au discours qu’il écrit rarement mais dont il apprend les intonations, il en transmet le squelette mais ne peut en transmettre l’intimité animale*, ayant perdu lui-même la sienne.
L’intelligence artificielle ne peut pas fabriquer un robot pensant mais sait transformer un être pensant (en l’occurrence, l’homme) en un robot dont la pensée n’est plus pensante mais modelée dans un moule adéquat, “étudié pour”.
Macron a été fondu dans le moule présidentiel français pour à son tour vous hypnotiser par un discours enrobé d’une peur imaginaire qu’il rend réelle par une intonation de petit chef protecteur et le regard fixe d’un malade qui découvre son Parkinson.

Appelons ça de l’enfumage, de l’enrobage ou simplement du mensonge mais ça marche car vous êtes déjà en train de bêler votre soumission alors même que cet hypocrite formaté vous annonce des représailles qui vont durer dans le temps jusqu’à la mise sur le marché d’un vaccin qui sera rendu obligatoire et qui va se surajouter aux autres en attendant ceux des “pandémies” à venir.
Votre route et celle de vos enfants se dessine sous vos yeux.
Pourtant, nous pourrions nous rebeller en masse et nous serions vainqueurs de la prison dont les barreaux sont presque scellés.
Mais justement même en sachant qu’une vie pépère peinarde ne dure qu’une seconde, nous tenons tellement à cette seconde que nous sommes prêts à faire n’importe quoi, même à être transformés en esclave pour la garder sur notre cœur de couard.
Macron peut vous expliquer cela, mais je ne suis pas sûr qu’il l’ait compris.
Beaucoup pendant cette période de confinement ont rêvé à un monde nouveau et meilleur, à une nouvelle économie, à de nouveaux horizons et se sont éclatés à rêver sur face de bouc ou sur ouate sape ou même sur Two y ter (jamais deux sans trois et jamais trois cent quatre comme dirait Pigeot)
C’est bien beau de rêver et si agréable, mais ceux qui ont créé les faces de bouc, les ouates qui se sapent et les tous à terre et la fondation de Bill qui met Linda devant les portes des prisons qu’ils inventent un peu partout sur notre planète qui n’est plus bleue mais verte de peur, ont compris qu’en tuant et en asservissant les gens la route du capitalisme outrancier n’a plus de bornes.
Ils se prennent pour des démiurges.

*de l’âme

Il est temps de prendre conscience de cet état de fait car ça ne va pas changer.
La lutte va être difficile car beaucoup sont sous la coupe de ces dirigeants qui ont compris que pour augmenter le nombre d’esclaves, il fallait nous appauvrir.
Il faut donc inventer une vie parallèle indépendante de leurs diktats.
Faites votre pain, inventez vos jeux, ne divinisez plus vos dieux ou votre Dieu. Retournez la télé, de “l’autre côté c’est passionnant”.
Quittez les réseaux sociaux et téléphonez-vous, écrivez-vous des lettres (la poste fonctionne encore et vous empêcherez ainsi la suppression du courrier). Réunissez-vous. Favorisez les circuits courts. Faites du troc, etc. Toutes les idées sont les bienvenues.
La liberté, la fraternité, l’égalité n’ont pas à vous être dictées, camouflées par des lois liberticides qui obscurcissent votre entendement.
Personne ne doit porter atteinte à votre liberté de jugement
Personne
L’entraide que nous venons d’avoir entre nous pendant ce confinement à été créé pour apaiser notre compassion et notre amour d’être ensemble mais il faut que cet amour soit spontané et créatif et non imposé par nos futurs bourreaux qui se délectent de leur machiavélisme.
Vivre sans eux, vivre sans chefs, vivre en écosystème avec la nature et le respect que nous lui devons, nous avons l’intelligence et les moyens de le faire, de le réaliser, tranquillement, sûrement, tel un rouleau compresseur écrasant avec mépris la morgue du conquérant aveugle.

Concernant le SRAS CoV 2 les conseils du Pr Raoult n’ont pas été suivis parce que la priorité imposée à Mr Macron est celle de l’industrie pharmaceutique dont les intermédiaires sont les Lacombe ou Salomon et consorts, peu importe leurs noms, qui veulent imposer un antiviral cher aux effets secondaires énormes et qui plus est peu efficace et surtout un vaccin que je vous conseille de refuser en masse puisque nous avons les médicaments pour guérir et qu’il vaut mieux guérir d’une maladie que de la prévenir délétèrement.

Laisser un commentaire