A propos du Sotrovimab, anticorps monoclonal: j’accuse le laboratoire GSK de vouloir nuire volontairement à la population mondiale

Il est possible que le Sotrovimab nuise à la capacité de votre organisme de lutter contre une future infection par le SRAS CoV2
De même le Sotrovimab pourrait réduire la réponse immunitaire de votre organisme à un vaccin contre le SRAS CoV2 Cov 2

EST-CE POUR CELA QUE GSK VEUT A TOUT PRIX FOURGUER CE “MÉDICAMENT” ? POUR DIMINUER VOS DÉFENSES IMMUNITAIRES ET FAIRE PLUS DE DÉGATS QUE DE BIEN VOIRE DES MORTS ?
CE N’EST PAS LA PREMIÈRE FOIS QU’UN LABORATOIRE MET SUR LE MARCHÉ UN MÉDICAMENT QUI PEUT TUER EN LE SACHANT PERTINEMMENT !!

SOURCE: https://vaccin-covid.canada.ca/info/sotrovimab-fr.html

Il semblerait que le Sotrovimab soit efficace en prévention d’une aggravation des symptômes créés par un variant du SARS CoV 2 qui lui (le SARS CoV2), a disparu. Nous ne sommes donc plus dans la fameuse “covid 19”. Nous voguons au milieu de variants et on nous en parle beaucoup, en particulier de quelques-uns alors qu’il en existe des milliers, comme si ces virus étaient des êtres vivants. En fait, en tant que médecin j’ai appris des choses incroyables. Pendant mes études, il n’y avait pas de médicaments antiviraux mais que des stratégies thérapeutiques basées sur l’empirisme. Depuis le sida, j’ai découvert ainsi que tous mes confrères que nous pouvions fabriquer des médicaments antiviraux à des prix exorbitants. Dans ma petite tête de linotte il y avait donc d’un côté des antibiotiques (antibactériens), des antiviraux, des antifongiques, des antiparasitaires. Cette épidémie pandémique a permis de me rendre compte en fait, que les molécules ne pouvaient pas être placées dans des cases. De même que les huiles essentielles peuvent être antibactériennes, antivirales, antifongiques, je me suis aperçu par exemple que l’Artemisia (annua ou afra) pouvait être antiparasitaire et antivirale. De même pour la quinine. On ne “repositionne” pas comme l’explique le Pr Didier Raoult mais on découvre la puissance thérapeutique insoupçonnée de molécules connues depuis la nuit des temps. Il nous faut donc garder et promouvoir ces molécules qui sont les gardiennes de notre santé.
Alors, pourquoi vouloir à tout prix inonder le marché de molécules dites “innovantes” pour traiter des maladies aussi bénignes que celles qui dépendent de virus peu dangereux (sauf quand ils sont fabriqués). Car il ne faut pas confondre contagiosité et gravité d’une maladie. Lorsque vous devenez contagieux, vous ne l’êtes pas à mon avis d’un seul virus. Un virus ne peut pas agir seul ni vous rendre malade à lui seul. Il existe de nombreux cofacteurs qui le rendent pathogène et peut-être d’ailleurs des bactéries ce qui expliquerait l’action positive des macrolides par exemple. De la même manière un vaccin préparé à partir du totum du virus sera plus efficace que préparé à partir d’une seule protéine et dans le cas de la covid, il est une aberration qui est très claire, c’est celle de préparer un vaccin à partir de la protéine spike car celle-ci est très toxique et est responsable de la gravité des complications de la maladie. La faire fabriquer par votre propre organisme afin qu’elle se répande dans toutes vos cellules est irresponsable et criminel. Le meilleur vaccin serait de le préparer à partir des sécrétions du sujet malade, sécrétions qui contiennent les virus et autres “miasmes” propres au malade. Ce serait un autovaccin. Mais ceci est une autre histoire.
L’anticorps monoclonal, c’est de la sérothérapie purifiée à un seul anticorps et il est utilisé avec un succès plus ou moins grand dans des maladies graves où le système immunitaire est dépassé.
La covid, qui n’existe plus et est remplacée par des variants plus contagieux mais beaucoup moins pathogènes n’est pas une maladie grave et ne nécessite pas l’utilisation d’anticorps monoclonaux qui coutent la peau des fesses et qui ont de nombreux effets secondaires – bien plus qu’une sérothérapie – étant donné leur purification. Leur intérêt est purement financier mais ce qui est plus grave c’est que cet anticorps monoclonal qu’ils veulent nous imposer est source de maladies plus graves voire de nouveaux morts par sidération du système immunitaire.

Alors, quid du Sotrovimab de GSK dans la prévention de l’aggravation de la covid 19 ?
AUCUN INTÉRÊT.
POURQUOI ? Parce que nous avons bien mieux, plus efficace, sans effets secondaires majeurs ou exceptionnels, et très peu chers et ces remèdes, vous les connaissez désormais (HCQ, macrolides, Ivermectine, artemisiae, bleu de méthylène, quercétine etc.)
Le Sotrovimab n’est pas donné à l’hôpital ni aux patients qui reçoivent de l’O2

Contre-indications:
– Si vous êtes allergique
– Si vous allaitez
– Si vous êtes enceinte
– Si vous avez une maladie grave
– Si vous prenez des médicaments quels qu’ils soient

Effets secondaires
Fièvre, frissons, nausées, maux de cœur, mal de tête, difficulté à respirer, oppression thoracique, diminution ou augmentation de la tension artérielle, œdème du visage, irritation de la gorge, éruption cutanée avec ou sans urticaire (avec prurit), myalgies, arythmie cardiaque, diminution du taux d’ O2 dans le sang, augmentation de la transpiration, étourdissement, vertiges.


Il est possible que le Sotrovimab nuise à la capacité de votre organisme de lutter contre une future infection par le SRAS CoV2.
De même le Sotrovimab pourrait réduire la réponse immunitaire de votre organisme à un vaccin contre le SRAS Cov 2

2 Comments

Ajoutez les vôtres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.