Voyage d’un réanimateur au centre de la COVID-19

https://www.aimsib.org/2020/10/05/voyage-dun-reanimateur-au-centre-de-la-covid-19/

L’AIMSIB a réclamé au Dr Pascal Sacré, médecin réanimateur, de nous apporter l’état des connaissances en matière de thérapeutique de la Covid-19 en ce mois d’Octobre 2020. Son exposé est précis, méticuleux et cherche à ne pas perdre les non-médecins en cours d’article, nous le remercions chaudement de la qualité de ce que nous pouvons publier grâce à lui aujourd’hui. Oxygène, chloroquine, vitamines, sels minéraux, quelles utilités? Quand les prescrire?
Voici les conclusions qu’il a tiré après six mois passés au contact de cette nouvelle pathologie. Bonne lecture.

A la lecture de cet article vous allez comprendre que notre gouvernement et les deux ministres qui se sont succédés au ministère de la santé ont très mal géré cette crise. Les arguments du Conseil Scientifique et la stratégie conseillée auraient dû être discutés de façon sérieuse et scientifique par ces ministres médecins qui ne pouvaient pas ignorer et ne pas se rendre compte de l’inepsie des décisions prises, alors même que d’autres scientifiques de renoms donnaient un avis divergent de celui du Conseil Scientifique mais concordant entre eux.
Cette attitude négativiste et anxiogène continue à se dérouler sous nos yeux alors que ces mêmes scientifiques de renoms continuent de mettre en garde le gouvernement des effets délétères d’une telle position.
La question princeps qui vient à l’esprit est: Pourquoi? Et la réponse sera celle d’une action juridique constamment repoussée par la pérennité de ces décisions qui devront de toute façon s’arrêter d’une manière ou d’une autre.
La covid n’a pas tué plus de personnes que lors d’une épidémie de grippe et se distingue de celle-ci par une physiopathologie d’aggravation différente de celle de la grippe mais identique à l’aggravation connue provoquée par d’autres coronavirus et qui se traduit par un syndrome de détresse respiratoire aigu (ARDS) et la possibilité de thromboses.
Ainsi diagnostiquée tôt et traitée correctement (lire l’article de l’AIMSIB du Dr Pascal Sacré) les aggravations auraient pu être souvent évitées, ce qui n’a pu être fait à cause d’une obstruction de prescription des médecins généralistes. Là aussi, pourquoi?
Je pense que nous allons avoir droit à des décisions programmées dont la covid 19 sert de prétexte, à savoir un confinement prochain et programmé, non justifié par la science puis au printemps 2021 à une publicité effrénée, associée à la peur entretenue coûte que coûte vis à vis du SRAS CoV 2, pour un vaccin prévu depuis longtemps. Et la force de frappe de l’industrie pharmaceutique va être énorme car ils ont eu l’échec du remdésivir qui n’ a pas apporté le retour sur investissement attendu. Ils n’ont pas du tout envie de réitérer cet échec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *