Les dernières recommandations de l’ANSM 31.03.20 : scandale d’État!

Rôle de l’ANSM
L’ANSM est l’autorité compétente en matière de pharmacovigilance: Elle veille à la sécurité de l’emploi des médicaments et contribue à leur bon usage. Elle assure la mise en œuvre et coordonne le système national de pharmacovigilance.

Malheureusement ce n’est pas le cas. En effet L’ANSM publie sur son site les informations suivantes:
“Plaquenil et Kaletra : les traitements testés pour soigner les patients COVID-19 ne doivent être utilisés qu’à l’hôpital “
OR il s’avère que le Pr Didier Raoult a publié un article démontrant que le Kaletra ou Lopinavir-Ritonavir ne fonctionne pas en cas d’atteinte par le SRAS CoV 2:
LE TRAITEMENT LOPINAVIR-RITONAVIR NE FONCTIONNE PAS !

Le traitement Lopinavir-Ritonavir ne fonctionne pas !
Etude sur une cohorte de 199 patients.

pdf article to download: A Trial of Lopinavir–Ritonavir in Adults Hospitalized with Severe Covid-19

L’ANSM ne tient pas compte de cette étude et de la conclusion du Pr Raoult et continue à recommander le Kaletra qui coûte une fortune par rapport au Plaquenil et alors même que toute la population est au courant. Pourquoi? Voilà ce qu’elle écrit:

Nous rappelons qu’à ce jour, aucun médicament n’a apporté la preuve formelle de son efficacité dans le traitement ou la prévention de la maladie COVID-19. C’est pourquoi l’utilisation du Plaquenil (hydroxychloroquine) ou du Kaletra et de son générique (lopinavir/ritonavir) pour la prise en charge des patients atteints de COVID-19 doit se faire prioritairement dans le cadre des essais cliniques en cours.

L’ANSM met le Plaquenil et le Kaletra sur un même pied d’égalité sans tenir compte des recommandations du Pr Raoult et sans mentionner l’azithromycine alors qu’elle sait pertinemment que le Kaletra ne fonctionne pas.
Gens de la loi, comment appelez-vous cela ?

Cependant, conformément à l’avis du Haut conseil de santé publique du 24/03/2020  (HCSP) et au décret du 25 mars 2020  (pris en application de “la loi d’urgence pour faire face à l’épidémie du COVID-19″ ), le recours à ces médicaments peut s’envisager à titre exceptionnel et uniquement dans le cadre d’une prescription et d’une dispensation aux patients hospitalisés.

Exceptionnel!! et uniquement !! Vous avez bien lus!

En aucun cas ces médicaments ne doivent être utilisés ni en automédication, ni sur prescription d’un médecin de ville, ni en auto-prescription d’un médecin pour lui-même, pour le traitement du COVID-19 .
Pourtant, des informations recueillies par les centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) font état d’utilisation de hydroxychloroquine, seule ou en association, en ville. Nous alertons les professionnels de santé et les patients sur les risques connus liés à l’utilisation de ces médicaments, dont le risque cardiaque, qui, sans suivi médical approprié, peuvent conduire à une hospitalisation.

PIRE !!! interdiction d’utilisation par les médecins de ville et MENACES sur les risques “qui peuvent conduire à une hospitalisation” ! Gens de la loi, comment appelez-vous cela ?
Et ce n’est pas fini!

Ce risque cardiaque pourrait être fortement potentialisé par l’association d’hydroxychloroquine avec d’autres molécules, comme l’azithromycine, ainsi qu’en raison de troubles métaboliques spécifiques à la maladie COVID-19 (hypokaliémie).

Voici pour information les effets secondaires du Kalitra association moléculaire non efficace pour lutter contre le Covid 19, que veut vous fourguer notre gouvernement

Effets indésirables rapportés chez les adultes au cours des études cliniques et lors du suivi après commercialisation
Classe de systèmes d’organes
FréquenceEffets indésirables
Infections et infestations
Très fréquentInfection respiratoire haute
FréquentInfection respiratoire basse, infections cutanées dont cellulite, folliculite et furoncle
Affections hématologiques et du système lymphatique
FréquentAnémie, leucopénie, neutropénie, lymphadénopathie
Affections du système immunitaire
FréquentHypersensibilité dont urticaire et angio-œdème
Peu fréquentSyndrome inflammatoire de reconstitution immunitaire
Affections endocriniennes
Peu fréquentHypogonadisme
Troubles du métabolisme et de la nutrition
FréquentAnomalie du glucose sanguin dont diabète sucré, hypertriglycéridémie, hypercholestérolémie, perte de poids, perte de l’appétit
Peu fréquentPrise de poids, augmentation de l’appétit
Affections psychiatriques
FréquentAnxiété
Peu fréquentRêves anormaux, diminution de la libido
Affections du système nerveux
FréquentCéphalée (dont migraine), neuropathie (dont neuropathie périphérique), étourdissement, insomnie
Peu fréquentAccident cérébrovasculaire, convulsions, dysgueusie, agueusie, tremblement
Affections oculaires
Peu fréquentAltération de la vision
Affections de l’oreille et du labyrinthe
Peu fréquentAcouphène, vertiges
Affections cardiaques
Peu fréquentAthérosclérose comme infarctus du myocarde(1), bloc auriculo-ventriculaire, insuffisance de la valve tricuspide
Affections vasculaires
FréquentHypertension
Peu fréquentThrombose veineuse profonde
Affections gastro-intestinales
Très fréquentDiarrhée, nausée
FréquentPancréatite(1), vomissement, reflux gastro-œsophagien, gastroentérite et colite, douleur abdominale (haute et basse), distension abdominale, dyspepsie, hémorroïdes, flatulence
Peu fréquentHémorragie gastro-intestinale dont ulcère gastro-intestinal, duodénite, gastrite et hémorragie rectale, stomatite et ulcères buccaux, incontinence fécale, constipation, bouche sèche
Affections hépatobiliaires
FréquentHépatite dont augmentation des ASAT, ALAT, γ-GT
Peu fréquentIctère, stéatose hépatique, hépatomégalie, angiocholite, hyperbilirubinémie
Affections de la peau et du tissu sous-cutané
FréquentRash incluant éruption maculopapulaire, dermatite/éruption cutanée dont eczéma et dermatite séborrhéique, sueurs nocturnes, prurit
Peu fréquentAlopécie, capillarite, vascularite
RareSyndrome de Stevens-Johnson, érythème polymorphe
Affections musculosquelettiques et systémiques
FréquentMyalgie, douleur musculosquelettique dont arthralgie et douleur dorsale, anomalies musculaires comme faiblesse musculaire et spasmes
Peu fréquentRhabdomyolyse, ostéonécrose
Affections du rein et des voies urinaires
Peu fréquentDiminution de la clairance de la créatinine, néphrite, hématurie
Affections des organes de reproduction et du sein
FréquentDysfonctionnement érectile, troubles menstruels, aménorrhée, ménorragie
Troubles généraux et anomalies au site d’administration
FréquentFatigue dont asthénie

CONCLUSION : KALITRA = POUBELLE  

ATTENDEZ, c’est pas fini !! Lisez bien ce qui suit !!
On est en plein cynisme!! Lisez braves gens et réfléchissez ! Je ne développe pas les paroles qui suivent et vous laisse le soin de le faire!

Quelques cas d’effets indésirables graves nous ont été rapportés et sont en cours d’analyse. Dans ce contexte, nous appelons à la responsabilité de chacun pour éviter des hospitalisations inutiles consécutives à un mésusage de ces médicaments et permettre aux soignants de prendre en charge les malades COVID-19 dans les meilleures conditions. En lien avec le réseau des centres régionaux de pharmacovigilance partout en France, nous surveillons de manière rapprochée les cas d’effets indésirables qui peuvent nous être rapportés.

Et ça continue de plus belle !

Afin d’accompagner les soignants dans la prise en charge à l’hôpital des patients présentant une maladie COVID-19 qui ne sont pas inclus dans les essais cliniques, nous avons élaboré ( ils ont du temps à perdre… ) deux documents d’information pour chacun des deux traitements Kaletra et Plaquenil : un protocole d’utilisation thérapeutique à l’attention des professionnels de santé hospitaliers, ( vous ne rêvez pas !!) ainsi qu’une fiche d’information à l’attention des patients concernés et de leur entourage. Ces documents précisent le rationnel d’utilisation de ces traitements ( c’est eux qui détiennent la vérité et qui continuent à vous tuer!!) dans le cadre de la maladie COVID-19, informent sur les données disponibles et rappellent le bon usage de ces médicaments (posologie, contre-indications, risques…).

Si vous voulez lire en entier l’information de l’ANSM cliquez sur le lien situé en haut ou ci-dessous

En conclusion, l’ANSM, le ministère de la santé et le gouvernement font part, le 31 mars 2020, aux citoyens français, deux mois après les recommandations de Mr le Professeur Didier Raoult qu’ils ne peuvent pas être soignés par l’association hydroxychloroquine – azythromycine adoptée dans le monde entier, et que leurs médecins traitants sont tous incompétents et inaptes à diagnostiquer et traiter cette maladie.
Ils continuent à insister lourdement sur l’utilisation du Kaletra qui n’a AUCUNE EFFICACITÉ dans cette maladie. Pourquoi ?

En conséquence j’appelle les français à réfléchir à cette situation et à l’attitude gouvernementale qui perdure malgré les solutions efficaces connues et proposées vis à vis desquelles ils font la sourde oreille pour des raisons qui désormais ne nous échappent plus.
Nous ne pouvons pas rester chez nous confinés sans rien faire.
Je suggère que dans toutes les villes de France les citoyens sortent dans la rue masqués (avec les masques que vous avez, fabriqués ou pas)) et fassent une marche silencieuse de protestation avec des pancartes en faveur de la bithérapie hydroxychloroquine-azithromycine et en faveur des médecins généralistes que l’on prend comme vous pour des pantins!
NOUS NE SOMMES PAS DES MOUTONS DE PANURGE !

Je ne suis pas un organisateur.
Qui est capable et prêt à pouvoir organiser sérieusement de telles manifestations APOLITIQUES ?
Contactez-moi!

2 thoughts on “Les dernières recommandations de l’ANSM 31.03.20 : scandale d’État!

Laisser un commentaire