LES VRAIS COUPABLES DE LA GRIPPE AVIAIRE

Les vrais coupables de la grippe aviaire ne sont pas les oiseaux migrateurs mais:

–      les conditions scandaleuses d’élevage des volailles en Asie et en Afrique.
–      L’entassement des volailles (plus de 21 au mètre carré), qui existe aussi en France.
–      Le manque de mesures sanitaires.
–      Le non respect de la réglementation.

Le non respect des volailles conduit inévitablement à développer un terrain favorable au développement d’un virus tel que le H5N1. L’Homme ne respecte pas ses semblables, pourquoi respecterait-il les animaux? N’est-ce pas?

LAISSONS DONC LES OISEAUX SAUVAGES TRANQUILLES!  NE FAISONS PAS LES AUTRUCHES!

4 Comments

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Ponsri

    Demagos !
    Dans l’article sur la grippe aviaire l’auteur stigmatise le ( mechant ) groupe multinational ( TESCO )qui pousserait les ( gentils ) Thailandais a un elevage industriel intensif.
    Je peux vous garantir que les Thailandais qui de mon point de vue sont un des peuples les plus materialistes de la planete ( le mot “gratuit” n’existait d’ailleurs pas dans leur vocabulaire puisqu’ils se dit “free” – besoins de la pub. oblige- ) n’ont pas besoin a etre pousses pour rechercher toutes les voies possibles pour maximiser les profits !

  2. 2
    cousin

    horrible
    GRIPPE AVIAIRE : L´ HORRIBLE MASSACRE
    Décidément, l´humanité ne s´améliore pas, et la prétendue barbarie de nos ancêtres n´était pas plus noire que la violence partout présente aujourd´hui, et sous ces aspects les plus cruels. Mais, non contents d´être violents, les hommes modernes sont paradoxalement devenus des poules mouillées. ( et c´est bien insultant pour les pauvres poules ! ). La moindre menace sur leur bien-être paraît aux gens de notre époque tout simplement inconcevable et, pour s´en préserver, la réaction ordinaire, immédiate, est de frapper à tort et à travers, de détruire, de tuer, encore et toujours.
    LA PANIQUE AGGRAVE LA CATASTROPHE
    On a pu constater lors de l´apparition de la maladie de la vache folle ( que notre stupidité et notre cupidité avaient déclenché par des pratiques alimentaires aberrantes, comme de nourrir des herbivores avec des granulés à base de viande d´équarrissage ! ). Les charniers de pauvres vaches et de moutons, abattus en masse – et en parfaite santé – furent complaisamment exhibés sur nos écrans de télé, et un seul homme politique, François Bayrou, d´origine paysanne il est vrai, eut la dignité et le courage de s´en avouer bouleversé. Pour tous les autres, rassurer n´importe comment leurs précieux électeurs était bien plus important que la souffrance de milliers d´êtres vivants et sensibles, sacrifiés sans utilité aucune sur auteur d´une peur adjecte.
    Nous revoici confronté au même problème avec l´épouvantail de la grippe aviaire, brandi et agité à tous bouts de champs à travers tous les canaux de communication, au point de provoquer une panique aussi insensée que dangereuse.
    Toute panique aggrave les effets de la catastrophe qui l´a déclenché. Celle-ci, lancée par les hommes de pouvoir et de l´information, soutenue ou discutée par des scientifiques, sous prétexte de précaution et de prévention, pourrait bien aboutir à un véritable désastre écologique. Mais de cela, l´information qui relaie les rumeurs les plus alarmistes, se moque bien : au contraire, les désastres, c´est du sensationnel, de la bonne copie ! ….
    La crainte d´une pandémie pousse en effet les humains, et cela un peu partout, à faire ce qu´ils font communément sous l´empire de la peur : tuer, brutaliser et détruire, massacrer voire éradiquer d´autres espèces. C´est que, dûment médiatisée, la menace potentielle d´une épidémie grippale dangereuse terrorise les populations, et les arguments scientifiques les plus rassurants, les plans d´urgence éventuels mis en place, etc……..ne rencontrent que méfiance et incrédulité parmi ceux qu´on a trop souvent abusés
    Tchernobyl est encore présent dans les mémoires et désormais, tout discours rassurant, fut-ce d´experts, pouvant dissimuler des mensonges éhontés, personnes ne l´écoute. Quant aux innombrables contradictions entre les divers avis d´experts et une information avide de sensationnel, elles ne font qu´embrouiller les choses.
    HARO SUR LES OISEAUX MIGRATEURS
    D´une part, on affirme que le virus touche ( et non “pourrait toucher” ) tous les oiseaux, et qu´il n´y a pas de limite spécifique à la transmission, d´autre part, de tout aussi éminent ornithologues déclarent à juste titre qu´on n´en sait rien. Rien ne permet de dire que certaines espèces ne pourraient opposer une barrière au virus. Rien non plus ne permet d´affirmer que l´épidémie vient du ciel avec les migrations d´oiseaux sauvages plutôt que collée aux semelles des innombrables voyageurs humains, porteurs sains ou non, mais……porteurs.
    On nous dit d´une part qu´en Turquie et en Roumanie il semble que la propagation se fasse par les oiseaux migrateurs, mais d´autre part, le même expert distingué signale qu´aucun oiseau sauvage n´a été retrouvé mort de la grippe aviaire dans ces mêmes pays……..Bref, d´un jour à l´autre, on nous dit tout et son contraire.
    Ce qui est sûr, en revanche, c´est que la faune ornithologique du monde entier, déjà tellement menacée par les nuisances humaines de toutes sortes, risque de faire les frais de la peur d´une nouvelle peste : en république Tchèque, Lucie Hoskova, de l´association ornithologique tchèque, signale que des nids d´oiseaux migrateurs sont détruits par des vandales, afin d´empêcher leur retour au printemps prochain, et que les nids des d´hirondelles, en particulier, sont des cibles fréquentes, parce que ces oiseaux construisent souvent leur nid auprès des fenêtres des habitations et des étables. Pour empêcher de nicher, on installe des filets et on bouche systématiquement toutes les ouvertures dans les étables pour les empêcher de nicher. De telles pratiques risquent d´aboutir à l´anéantissement de ces oiseaux, déjà menacés de disparition du fait de la pollution et des pesticides.
    Les chasseurs français, toujours prêts à se poser en défenseurs de la nature, préparent leur habituel carnage de migrateurs sous le vertueux prétexte d´aider au dépistage de la maladie.
    A QUAND LES PROTESTATIONS PUBLIQUES ?
    Quant aux brutes innombrables, on a pu les voir sur nos écrans entassant canards et poules, vivants ou morts dans des poubelles comme de vulgaires déchets, avant de les incinérer. La manière dont les pauvres volatiles sont saisis, manipulés et écrasés les uns contre les autres a révolté beaucoup de braves gens, mais qui écoute les compatissants, au milieu des cris d´alarme ?
    http://cousin.pascal1.free.fr/grippe_aviaire.html#horrible
    Les textes sont extraits du Journal de la Fondation Franz Weber (Suisse) N° 74 – octobre/novembre/décembre 2005

  3. 3
    moumy

    Est-ce là la seule raison de “l’apparition” de ce virus, à force d tester tout et n”importe quoi sur des animaux on en arrive à réduire leur immunité à néant.Je parle là de vaccins qu’il faut bien tester et souvent il y a des ratés, mais chut on en parle pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com