Julie Ponesse, professeur d’éthique : la covid révèle les dangers du conformisme, la banalité du mal, et la nécessité de l’héroïsme

https://odysee.com/$/embed/Julie-Ponesse,-professeur-d’%C3%A9thique—la-covid-r%C3%A9v%C3%A8le-les-dangers-du-conformisme,-la-banalit%C3%A9-du-mal,-et-la-n%C3%A9cessit%C3%A9-de-l’h%C3%A9roisme/96c2daa4bdc4d528f6ee93eaa7a04a4b6543ef42?r=AwbuUEQaosqVifsNUtuGgZxfaz5cPLjT&fbclid=IwAR329kV9R-K2FJhoXYD9kqjWOYsrnETQQVVuyUZBU_o1sQgjN_oxSBHCX14

Il suffit de 10% de la population qui soit déterminée pour que nos gouvernants apprennent à jouer du violon.
Arrêtez d’obéir aux ordres et pensez par vous-même.

  1. 1
    Jean-Marie GLANTZLEN

    Qu’on ait ou non entendu parler des théorèmes de Condorcet, Arrow et Gibbard-Satterthwaite, c’est plus ou moins manquer de sens critique élémentaire que de considérer comme rationnel et louable notre culte de ce qu’il est abusivement convenu d’appeler « la démocratie », le concept en lui-même – dont l’historicité est très mal connue – déjà et a fortiori son application quotidienne dans les « meilleurs » états considérés comme « démocratiques ». Nos médias sont pourtant quotidiennement emplis des tristes , voire horribles conséquences de ce culte grégaire.

    On aura beau dire, on aura beau faire « Dès que nous disons le mot « démocratie » pour nommer notre mode de gouvernement qu’il soit américain, allemand ou français, nous mentons. La démocratie ne peut jamais être qu’une idée régulatrice, une belle idée dont nous baptisons promptement des pratiques très diverses. Nous en sommes loin, mais encore faut-il le savoir et le dire »(A.E)  

    « Nous sommes victimes d’un abus de mots. Notre système (les « démocraties » occidentales) ne peut s’appeler « démocratique » et le qualifier ainsi est grave, car ceci empêche la réalisation de la vraie démocratie tout en lui volant son nom. »  (S-C.K)

    « La démocratie, c’est le nom volé d’une idée violée » (J-P.M).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.