La sixième instinction

Quand j’étais môme j’allais à la pêche aux écrevisses, je ramassais des escargots qui traversaient en rangs serrés la route après la pluie, je pousuivais les papillons, je régalais mes yeux de coquelicots qui poussaient en abondance le long des routes, je ramenais des poissons à manger pour midi à ma mère, je comptais les limaces dans la rivière; la nuit venue je comptais les vers luisants. Quand nous roulions en voiture tranquillement, sans se prendre pour Fangio il fallait nous arrêter pour nettoyer le pare-brise sur lequel s’étaient écrasé de nombreux insectes, parfois des papillons; maintenant les gens roulent en permanence comme des fadas ne respectant pas le code de la route avec un pare-brise nickel. Cela ne les interpelle pas. Ils n’ont rien connu d’autre et leur comportement ne les gêne pas; il est inscrit dans leurs gènes. Ils ne peuvent plus s’en prendre à leur pare-brise, ils s’en prennent au voisin qui ne roule pas assez vite. En 2009 je nourrissais les moineaux à Montmartre devant ma fenêtre. Maintenant, il n’y a que des corneilles; les moineaux ont disparu. Elizabeth Kolbert, journaliste du New Korker a écrit un livre (sortie en France le 4 septembre chez Vuibert) intitulé “La 6e extinction. Comment l’homme détruit la vie”. (Prix Pulitzer 2015). La solution? Difficile à réaliser. En tout cas, le respect des écosystèmes semble être une évidence. Avis à tous ceux qui vivent de la terre: les éleveurs, les agriculteurs, les pêcheurs etc. Respectez les animaux et l’environnement et pour mieux gagner votre vie, organisez-vous afin de supprimer les intermédiares.

2 Comments

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    ivo 65

    A ces lignes pertinentes que je partage totalement, je veux ajouter la surprise des promeneurs à qui tu fais remarquer l’absence des chants d’oiseaux dans la campagne….un détail qui n’a comme réponse : “C’est vrai, on n’avait pas remarqué”….Et l’âge n’est malheureusement pas un critère sélectif….et encore aux temps dont tu parles, pourtant pas si loin de nous, on n’exigeait pas de fraises à Noêl et pas davantage de petits pois à la Toussaint même si certains en conservaient déjà dans leurs congels….Bravo pour tes critiques concernant le professeur qui, malgre son patronyme, ne fait pas rire ….

  2. 2
    Kata

    Ah oui moi aussi…. j’en parlais justement à une voisine (plus âgée de 20 ans) qui persiste à ramasser les escargots et lui disait qu’il fallait les laisser tranquille se reproduire que sinon bientôt il n’y en aurait plus car à force d’utiliser des désherbant à la con pour éliminer les “mauvaises herbes” (conf pub avec le pissenlit)… Mon jardin est une réserve mais jusqu’à quand ??? Quand aux fleurs des champs qui faisaient de si jolis bouquets, et de si jolis paysages, on n’ose même plus les regarder de peur qu’elles n’osent plus se reproduire ! Les chauves-souris, les hirondelles… c’est un désastre… A Montmartre, j’y étais l’hiver dernier et j’y retourne à partir de septembre, moineau et même pigeons se font rares et ces gros ouseaux noirs qui les remplacent, les chassent, ne sont pas aussi sympathiques mais sans doute plus robustes eux…
    Et les abeilles elles, il semble qu’ils arrivent à vendre en jardinerie des plantes de balcon qui les tue ! On allucine ! J’aimerais bien savoir lesquelles pour pouvoir les éviter…
    Merci pour toutes ces informations précieuses que vous nous communiquez.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.