Le Débat interdit – Langage, covid et totalitarisme; un livre de Ariane Bilheran et Vincent Pavan (Fnac 21,90 euros)

L’attaque de la langue constitue une arme de destruction massive de toutes les valeurs, au point que l’homme renonce progressivement à son libre arbitre et à son humanité.
La nouvelle utopie est tout aussi délirante que mégalomaniaque: éradiquer les virus de la Terre pour mieux protéger l’espèce humaine des dangers qui la menaceraient.

Avant-propos de Louis Fouché et préface de Jean-Dominique Michel

https://www.kairospresse.be/le-debat-interdit-retour-sur-une-crise-politique-sans-precedent/?fbclid=IwAR1GT1r6TKXFmU6SeweHTjrDBIPi5petNx9a8Nw1H4i7NnkAeHRBLZmv3FQ

DE L’AUTRE CÔTÉ DES MOTS, UNE AUTRE VISION DE LA CRISE

À partir de l’exemple du traitement de l’information dans la crise politique liée à l’épidémie de Covid, cet ouvrage interroge le rapport entre l’idéologie et le savoir: censure des mots, néologismes, mots détournés, sophismes …
Notre langue est un patrimoine collectif reçu en héritage. Lorsque cette langue ne fait plus sens commun mais qu’elle est récupérée, transformée et corrompue par des intérêts privés ou des communautés, c’est la porte ouverte à la radicalisation et au terrorisme dans la pensée.
Les auteurs – un mathématicien et une psychologue – mettent en lumière le traitement de la langue et de la logique, mis en œuvre par les sphères politique et médiatique depuis mars 2020 en France.
Forts de leurs connaissances spécifiques, ils étudient le fonctionnement d’une information et d’une communication détournées. En s’appuyant sur des arguments sourcés et chiffrés, ils mettent en lumière la déconstruction des “vérités” scientifiques avancées par le gouvernement pour justifier ses actions politiques. Ils proposent une analyse détaillée de la “nouvelle langue”, de la “nouvelle normalité” et des méthodes de contrainte psychique utilisées sur la population française.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.