Hélène Martin, qui avait chanté les grands poètes, est morte

 Elle s’est éteinte le 21 février 2021 , à l’âge de 92 ans. Elle faisait partie de mes idoles de jeunesse. Quelle voix!

“Voix chaude d’alto, regard bleu acier qui, en un éclair, passait de l’intransigeance à la malice, Hélène Martin, autrice-compositrice-interprète, appartenait à la génération des chanteurs dits « rive gauche », celle de Jean Ferrat, Pierre Perret, d’Anne Sylvestre, de Guy Béart, de Catherine Sauvage, de Maurice Fanon, Pia Colombo, Monique Morelli, ou de Jean-Roger Caussimon . Morte le 21 février, à l’âge de 92 ans, à Cordemais (Loire-Atlantique), elle fut une des premières à mettre en musique des poèmes d’Aragon, Audiberti, de Colette, Genet, Guillevic, Neruda, Queneau, Seghers, Soupault et Supervielle, qu’elle chanta d’abord sur les petites scènes de cabarets parisiens comme La Colombe ou Milord l’Arsouille.
Née le 10 décembre 1928, à Paris, fille d’un historien géographe, professeur à Sciences Po, Hélène Martin aurait pu se contenter d’une vie bourgeoise et intellectuelle au cœur du Quartier latin. C’était mal connaître cette jeune fille au caractère trempé chez qui pointait déjà l’engagement féministe, autre fil rouge d’une carrière bien remplie.

Compagne de route du Parti communiste, amie d’Aragon, elle participe activement au bouillonnement culturel qui suit Mai 68

Après des études aux Arts décoratifs, elle fréquente le Cours Simon et tente une carrière de comédienne au théâtre, ce qui lui permet de côtoyer Michel Bouquet ou Jean Vilar. A partir de 1956, elle trouve sa véritable voie sur l’étroite scène de L’Ecluse (là où Barbara débutera également) en se donnant pour mission de mettre des mélodies sur les mots d’Arthur Rimbaud ou de François Villon.”
Écoutez Le condamné à mort de Jean Genet mis en musique et chanté par Hélène Martin (1964).
Une merveille !

https://www.youtube.com/watch?v=1CumaK6iQng

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.