La résistance en marche: Dr Vincent Bertolila à la Réunion

https://www.youtube.com/watch?v=V2XESWaa6lU

  1. 1
    Anne Barcat Bouchery

    Je suis française et je vis à Madrid depuis 1966. Enseignante du français toujours active en cours particuliers par skype et traductrice, j’écris dans des revues imprimées (Madrid Histórico) et numériques. J’ai une web et plusieurs blogs sur l’histoire de la capitale de l’Espagne en espagnol et sur mon grand-père, artiste-peintre, en trois langues. Je suis scandalisée depuis mars 2020 par la manière dont on gère cette épidémie. J’ai décidé dès le début de la campagne de vaccination massive autorisée pour état d’urgence de ne pas me faire injecter ces produits dont on ignore encore les effets indésirables et les véritables bénéfices. Mon médecin généraliste a respecté ma décision sans discuter. Je ne me suis prêtée à aucun test et je suis en apparente bonne santé malgré un traitement anticomicial depuis l’age de 37 ans pour problème neurologique causé par la chloroquine (RESOCHIN) en 1979 (effet secondaire méconnu à l’époque pourtant très rare mais reconnu aujourd’hui) prise comme anti-malaria avant, pendant et après un voyage au Gabon. Puis une anticoagulation à la warfarine sodique pour être porteuse de valve mitrale mécanique Carbomedics implantée en décembre 1997 en urgence à Tours qui marche toujours très bien. Je semble avoir un bon système immunitaire inné, renforcé par des habitudes de vie saines (alimentation méditerranéenne, poids stable, pas de tabac ni d’alcool, exercice physique et mental, bon sommeil, relations familiales et amicales avec personnes de tous les âges). En Espagne pour le moment, le vaccin n’est pas encore obligatoire, mais risque fort de le devenir car malgré notre Constitution le Gouvernement subit des pressions et a des conflits d’intérêts. Je ne peux voyager vers la France dans les conditions actuelles. Je vous ai écouté sur Facebook où je suis depuis 2020 où je publie des informations sans avoir encore été censurée. Celles-ci restent pratiquement sans réponse. ni pour ni contre. Les espagnols vivent dans la peur continuelle et ne se manifestent même plus. Ceux qui refusent les vaccins sont considérés des personnes qui ont perdu la raison. J’aimerais entrer en communication avec vous pour résister à ces abus de pouvoir dans le monde, la perte de nos droits les plus fondamentaux et pour un débat public où tous soient écoutés. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.