Le chanteur folk Graeme Allwright est mort

Il a accompagné mes années d’étudiant, il a bercé mon fils pour s’endormir, il a adapté de nombreuses chansons d’artistes folks américains en français, Léonard Cohen lui donnait ses chansons à traduire en français. Graeme Alwright est mort dimanche 16 février à l’âge de 93 ans, il a rejoint Maurane avec qui il avait chanté “Suzanne” dans un duo d’une grande émotion.

En 2005 il avait écrit une version pacifiste de la Marseillaise, voilà ce qu’il écrivait alors que le maire de Lagord, Jean-François Douard [qui se traite de “vieux con” (ce qu’il est)] a interdit la reprise en chœur de cette Marseillaise version pacifiste, lors du concert du 26 mars dans sa commune.
https://www.youtube.com/watch?v=i2yXFeFJHEU

L’appel de Graeme Allwright

Car Graeme Allwright ne voit pas son détournement comme un outrage à La Marseillaise mais comme une version pacifiste, notamment à destination des enfants. Il a lancé cet appel en 2005 : “En 1792 à la suite de la déclaration de guerre du Roi d’Autriche, un officier français, Rouget de l’Isle, en poste à Strasbourg, compose “Le chant de Guerre pour l’armée du Rhin”. Je me suis toujours demandé comment les Français peuvent continuer à chanter, comme chant National, un chant de guerre, avec des paroles belliqueuses, sanguinaires et racistes.”En regardant à la télé des petits enfants obligés d’apprendre ces paroles épouvantables, j’ai été profondément peiné, et j’ai décidé d’essayer de faire une autre version de La Marseillaise. Le jour où les politiques décideront de changer les paroles de La Marseillaise, ce sera un grand jour pour la France.”

« C’était un chanteur engagé pour la justice sociale, un chanteur un peu hippie en marge du show-business, qui a refusé des télés. Il a chanté jusqu’au bout, il a adoré être sur scène » (Christophe Allwright)

Il a traduit Brassens en anglais. Il a donné des hymnes aux gauchistes, aux scouts, aux pochtrons, aux punks à chien, aux centristes de gauche… Un bienfaiteur de l’humanité. Un vrai.” (Bertrand Dicale).

Il n’aurait pas aimé que nous soyons tristes. Merci et salut l’artiste!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *